29 août 2019

Tandis que la Porsche 912 de 1968 ressuscitée par EV West fait passer les conversions électriques à un niveau supérieur, le secteur automobile, les électromobilistes et les autres acteurs du marché cherchent également à intégrer une dimension circulaire au secteur de la mobilité électrique.

La conversion de véhicules vintage en électrique, la transformation de bus, de véhicules agricoles, de trains et de bateaux en véhicules électriques est devenu un sujet d'actualité ces dernières années dans le monde de la mobilité électrique. Pour les passionnés de restauration automobile comme pour les mécano autodidactes et écolos, il semble que tout véhicule puisse devenir électrique : de la Porsche 912 de 1968 convertie par EV West aux autres projets de conversions à l'électrique à faire soi-même

Une société française dit pouvoir transformer n'importe quelle voiture en voiture électrique pour seulement 8 000 €, et une société néerlandaise a été chargée de convertir les dépanneuses qui opèrent sur le Périphérique à Paris. Une excellente façon de réutiliser et recycler les véhicules anciens ! Mais comment la pensée circulaire influence-t-elle la construction de nouvelles voitures électriques ?

 

Où commence la pensée circulaire ?

L'économie circulaire prend en considération les matériaux utilisés pour produire un bien et la manière dont ils peuvent être réutilisés, recyclés, pour produire un produit nouveau.  S'il est possible de penser "circulaire" pour tout type de production, il en va de même pour les véhicules électriques.


Par exemple,
Volkswagen se concentre sur la récupération de matériaux comme le cobalt, le lithium, le manganèse et le nickel. Le Groupe Renault met davantage l'accent sur la réutilisation des batteries afin qu'elles aient le moins d'impact possible sur l'environnement. BMW de son côté fabrique un intérieur en matériaux recyclés pour sa BMW i3 et la quasi-totalité de la voiture peut être recyclée.

 

Défis

Le plus grand défi de la mobilité électrique est de faire en sorte que les véhicules électrique aient un impact carbone neutre et soient 100 % durables. Les ressources nécessaires à la fabrication des batteries proviennent encore de mines de terres rares qui font polémique. Mais tous les acteurs de la filière et les consommateurs sont dans un processus d'apprentissage et de changement. Des expérimentations sont par exemple en cours pour essayer de développer des batteries sans cobalt.


Allego souhaite participer à la construction de ce monde du futur. En réutilisant d'anciennes bornes de recharge, en rechargeant avec de l'énergie issue de sources renouvelables, en utilisant des matériaux recyclés et en cherchant constamment de nouvelles méthodes de travail durables, Allego participe à son niveau au défi de l'économie circulaire. En 2019, Allego a déjà réduit ses émissions de CO2 de 47,369,000 kg.

Qui sait ? Dans quelques années, le recyclage des VE pour produire de nouvelles bornes pourrait devenir réalité.

 

#keepdrivingforward

cookie

Ce site utilise des cookies

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre traficons des cookies. Nous partageons également des informations sur l’utilisation de notre site et avec nos partenaires médias sociaux, de publicité et d’analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d’autres informations que vous leur avez fournies ou qu’ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'information.

Accepter Cookies